Français - English

Messages

Montrer les messages par date
Filtrer par auteurs ou par titre
Par Classe de CE1/CE2 - Ecole Lestiac (33) écrit le 25-06-2014
Merci Antoine!!!!!

Cher Antoine,

 

Nous pensons qu’Aboulé a beaucoup de chance car il a un bateau et il peut pêcher des poissons sans polluer.

La vie là-bas doit être moins chère qu’en France parce qu’en France, il ne pourrait pas aider son frère à faire des études en pêchant des poissons.

On a trouvé sa maison très jolie, elle est complètement naturelle, quand il fabrique sa maison, il ne pollue pas.

Nous aimerions savoir : quel est le mois et l’année en ce moment chez Aboulé ?

 

Nous te remercions de nous avoir fait connaître la vie de tous ces enfants qui est différente de la nôtre et parfois similaire.

Nous sommes vraiment heureux de t’avoir rencontré.  Les élèves des autres classes aussi étaient ravis !

A la fête de l’école, nous avons fait du théâtre d’ombres sur la vie de : Mangao ,  Maxine, Kalsang, Tokimaru, Bashir, Mélisse et Mohamadi. Luca et Yassir ont beaucoup fait rire les parents et les élèves car leur défilé de mode était très réussi. Nous avons été très applaudis. Les parents ont été très surpris mais ils étaient contents de voir la vie des enfants en théâtre d’ombres.

Ca a été un vrai plaisir de correspondre avec toi parce que tes photos étaient bien prises, tes questions étaient intéressantes et tu es très gentil.

Nos correspondants de Paillet ont adoré ton livre.

 

Au revoir Antoine et nous espérons que tu continueras ton superbe métier !

 

Yassir, Luca, Emma, Blanche, Camille, Yanis L, Maud, Mounia, Chloé T, Kiara, Léa, Chloée B, Yanis E, Margot, Alba, Zakaria, Céline

 

Par Antoine Boureau écrit le 13-04-2014
Ethiopie, dernier message

 

Bonjour les enfants et merci pour vos jolis mots.

Je vais bien et je prépare en ce moment l’exposition qui va voyager dans une dizaine de villes entre la fin du mois d’avril et le début du mois de juin.

Et vous connaissez le premier endroit où elle va être montrée ? à Lestiac !

Et maintenant bienvenue à bord de ce dernier message !

 

Nous allons nous rencontrer bientôt, mais avant, partons vers l’Afrique de l’Est.

Destination Ethiopie ; le plus vieux pays du monde ou plutôt, pour être précis, le pays de Lucy. Vous la connaissez ?

Au bout d’une semaine sur place je rencontre Aboulé, 13 ans, pêcheur sur le lac Hawassa situé à côté de la ville du même nom. Je trouve son bateau magnifique et il m’explique (par l’intermédiaire d’un interprète) qu’il le fabrique lui même avec du papyrus.

Il utilise la même technique que les égyptiens, il y a 3000 ans !

Aboulé pêche

Aboulé et ses poissons

Les poissons qu’il pêche s’appellent des tilapias. Dès qu’il revient, il les vend au plus offrant.  Il gagne comme cela 40 à 60 birr par jour soit environ 2 euros. Enfin… cela dépend de la pêche.

Avec cet argent, il mange sur le marché un plat de pâtes avec du piment (8 birr), achète ses cahiers et stylos pour aller en classe et aussi aide ses parents.

Aboulé au marché

 

Il pêche soit le matin, soit l’après-midi en fonction de l’école. En effet, les cours ont lieu par demi-journées. L’école n’a qu’une classe qui accueille en alternance 2 groupes de 50 élèves.  La plupart des écoles fonctionnent comme cela en Ethiopie ainsi que dans de nombreux pays !

 

Aujourd’hui Aboulé a mathématiques. Le maitre porte une blouse blanche et au tableau il y a la date du jour :

Date ethiopienne

Etrange, non ? Et pourtant beaucoup de calendriers différents existent à travers le monde. En Afghanistan nous sommes en 1393. En Birmanie nous sommes en 2557…

Toutefois, une autre spécificité existe en Ethiopie avec l’heure. Les aiguilles tournent bien dans le même sens mais 0h en Ethiopie correspond à 6 heures du matin. C’est un système unique au monde, je pourrai vous l’expliquer quand on se verra.

À la suite du reportage photo avec Aboulé, il me restait un peu de temps. Je suis allé faire des photos pour une association qui s’appelle : «  Simien Mountain Mobile Medical Services »

Sur les hauts plateaux éthiopiens, il n’y a pas ni route ni moyen de communication. Et aussi ni médecin ni centre de soin.

Getou, un habitant d’un village des montagnes Simien a eu la chance de faire des études et il a choisi de devenir infirmier. Depuis 4 ans il a créé cette association, il se rend à dos d’âne consulter, soigner ou prescrire des médicaments. Il fait aussi de l’éducation à l’hygiène pour les adultes et dans les classes.

 

Chaque jour il se déplace et se rend dans un village différent. Le week-end il rentre chez lui mais en semaine, la nuit, il dort dans une tente. Il visite 32 villages. Ce sont 30000 personnes qui peuvent compter sur lui.

Pour tous ces gens il est l’unique soigneur.

Voici une photo des enfants d’un village où nous nous sommes rendus ensemble.

Quelques jours plus tard, je suis rentré en France. A présent je m’occupe de préparer l’exposition et le livre « Enfances » pour que tout soit prêt lorsqu’on va se rencontrer !

A très vite

Antoine